s'abonner

Enquête qualité de vie au travail : Fellowes et « Le collègue du futur »

6 months, 3 weeks ago

« Les employés de bureau français risquent de développer des problèmes de santé jamais vus depuis la révolution industrielle » : telle est l’annonce faite par Fellowes suite à une enquête approfondie. 

 

Les Problèmes de santé affectant actuellement les employés :

Mal de dos :  67 %

Maux de tête :  59 %

Fatigue oculaire :  57 %

Douleurs cervicales :  46 %

Jambes douloureuses :  28 %

Poignets douloureux :  26 %

Raideur dans les jambes :  17%

Jambes gonflées :  6 %

Douleurs aux chevilles :  13 %

Douleurs dans les fessiers :  13 %

 

Les médecins du travail s'inquiètent de :

Maux de tête/migraines persistants : 40 %

Problèmes oculaires :  37 %

Prise de poids :  26 %

Yeux rouges/secs 19 %

Niveaux d'attention moins élevés :  15 %

Varices :  15 %

Dos voûté 13 %

Ventre bedonnant :  11 %

Mémoire déficiente 11 %

Arthrite :  9 %

Traumatismes liés aux mouvements répétitifs :  7 %

Jambes maigres :  5 %

Peau verdâtre :  2 %.

Pilosité dans les oreilles et le nez  :  2 %

 

Les mauvaises conditions de travail dans les bureaux coûtent à l'économie 10 milliards d'euros par an  en journées de congé maladie.

  • 98 % des employés de bureau français qui souffrent de problèmes de santé en raison de leur environnement de travail admettent que ces maux et douleurs rendent leur travail plus difficile .
  • Les employés de bureau français sont particulièrement inquiets à l’idée de développer un dos voûté et de souffrir de problèmes de vision et de maux de tête persistants dus à un poste de travail inadapté2.
  • Quand il s’agit d’agir pour résoudre les problèmes de santé au travail, les employeurs ne font pas suffisamment d’efforts : plus de la moitié des employés ont demandé que leur poste de travail soit amélioré et attendent toujours une solution2 .
  • Le « collègue du futur » vient d’être dévoilé : voilà à quoi ressembleront les employés de bureau dans 20 ans si des changements radicaux ne sont pas effectués sur le lieu de travail.

 

Les experts de la santé prédisent que les employés de bureau en France pourraient se retrouver avec un dos voûté d'ici à 20 ans si des changements radicaux ne sont pas apportés à leur environnement de travail. 

Alors qu’un tiers des employés de bureau passent de sept à neuf heures par jour assis derrière un bureau, près de neuf sur dix s’inquiètent de cette durée prolongée et 88 % craignent que cela n’affecte leur santé à l'avenir, en entraînant des problèmes comme un dos voûté, des maux de tête et des troubles oculaires. 

Les employés de bureau français souffrent déjà d’un mal de dos (67 %), de maux de tête (59 %) et de fatigue oculaire (57 %) directement liés à leur espace de travail. De plus, près de huit employés sur dix ont recours aux médicaments pour gérer ces problèmes.

Pour aider les employeurs à identifier les menaces potentielles sur la santé présentes dans l’espace de travail, Fellowes a collaboré avec l’expert des comportements du futur, William Higham et un groupe d'experts en ergonomie, en santé au travail et en bien-être au travail pour étudier les impacts de l’environnement de travail sur la santé des employés de bureau.

L’étude « Le collègue du futur » montre qu’à défaut de contrôler et corriger certains comportements et problèmes, la majorité des employés de bureau auront le dos voûté de façon permanente parmi un large éventail d'autres problèmes de santé d'ici à 2040.

Sur la base de ce rapport, un modèle grandeur nature appelé « Emma » a été créé pour illustrer les changements physiques provoqués par un environnement de travail inadapté. « Emma » a :

  • le dos voûté, un état permanent causé par de nombreuses heures, assise dans une mauvaise position.
  • des varices dues à une mauvaise circulation sanguine.
  • Un ventre bedonnant causé par un travail sédentaire.
  • Les yeux secs et rouges après de longues heures passées devant un écran d’ordinateur.
  • des poignets et chevilles enflées causés par des mouvements répétitifs.
  • Un teint jaunâtre dû à des années de lumière artificielle.
  • Des rougeurs sur le haut du bras en raison d'un contact régulier avec la chaleur de l'ordinateur portable.
  • Un eczéma causé par le stress.
  • La pilosité dans les oreilles et le nez ainsi qu'un nez gonflé, en raison de la mauvaise qualité de l'air.

William Higham, expert des comportements du futur et auteur du rapport : « Le collègue du futur » montre que les employeurs et les travailleurs ont vraiment besoin d'agir maintenant et de s'attaquer aux problèmes de santé au travail.

« Si nous n'apportons pas des changements radicaux à notre vie professionnelle, tels que le fait de bouger davantage, d’améliorer notre posture au bureau, de prendre régulièrement des pauses pour marcher ou améliorer l'aménagement de notre poste de travail, nos bureaux vont nous rendre très malades. Par conséquent, les employés vont souffrir à l’avenir de problèmes de santé aussi graves qu’au temps de la révolution industrielle. »

Fellowes

Bien que l’évaluation des risques liés au poste de travail soit une obligation légale dans toute l'Europe, cette recherche souligne que les employeurs doivent faire davantage pour soutenir les travailleurs, puisque près des deux tiers (60 %) des employés admettent qu'on ne leur a pas offert une évaluation des risques de leur poste de travail depuis leur entrée en fonction.

Parmi ceux qui ont demandé l'amélioration de leur poste de travail, plus de la moitié (54 %) attendent une résolution et près de deux sur dix (15 %) disent que leur employeur n'a pas pris leur plainte au sérieux.

Fabienne Broucaret, l’auteure et experte en bien-être au travail qui a contribué au rapport, ajoute : « Avec le temps, rester assis à un bureau toute la journée va avoir un effet profond sur la santé physique et psychologique des employés de bureau.» Des mesures devraient être prises pour moderniser le poste de travail et les employeurs doivent commencer à écouter leur personnel et envisager un mobilier plus ergonomique sur le lieu de travail tel que les bureaux assis-debout, pour encourager les comportements de travail modernes et prévenir les problèmes de santé chroniques sur le long terme.

« Les employeurs et les employés doivent apporter des changements radicaux, autrement ces premiers subiront les conséquences d’une main d’œuvre moins productive mais aussi moins motivée et ces derniers de maladies chroniques à long terme. »