s'abonner

Billet - Prospectus imprimés nuisibles à la planète ? Halte à la désinformation !

1 year, 4 months ago

Une fois de plus, nos bien-pensants, qui sont persuadés de bien penser, se trompent de pensée. Vous me direz que ce n’est pas la première fois. Faut-il le rappeler ? Non,  le papier ne détruit pas la forêt et encore moins les prospectus publicitaires imprimés,  dont la quasi totalité, si ce n’est la majorité, est fabriquée à  partir de papier recyclé. À force de vouloir sauver la planète,  et surtout leur bonne conscience, ils en oublient l'essentiel. Il ne s'agit pas ici d’opposer le papier et le numérique ; c’est l’un avec l’autre et non l’un contre l’autre. Mais de là à prétendre que le papier pollue plus que le numérique c’est faire preuve, pour le moins,  de mauvaise foi, voire de méconnaissance des réalités. Si vous avez encore des doutes,  je vous conseille de vous rendre sur le site de Culture Papier, de la Copacel et de Two Side France.

Après Cora,  Michel-Édouard Leclerc, que l’on ne présente plus, a annoncé lundi 12 décembre dans Le Parisien puis sur France Info l’arrêt de la distribution des prospectus et catalogues sur papier en septembre 2023. « Il s’agit d’une véritable révolution qui nous fait basculer dans le projet collectif d’une économie décarbonée », rapporte France Info. Une révolution pas très révolutionnaire ; elle prend son temps, c’est le moins que l’on puisse dire. Michel-Édouard Leclerc annonçait déjà en 2010 la fin des prospectus papier. Douze ans plus tard… 

Notre confrère France Info met aussi en avant l’avis d’une cliente : « On détruit la forêt. On a besoin de se chauffer, on a besoin de bois, donc c'est très bien. » Désinformation. Pendant ce temps, les rayons frais des grandes surfaces sont alimentés par des centrales au charbon, bien plus polluantes que la gestion durable de nos massifs forestiers. 

Pour mémoire,  tout débute avec le décret n° 2022-764 du 2 mai 2022, relatif à l'expérimentation d'un dispositif interdisant la distribution d'imprimés publicitaires non adressés en l'absence d'une mention expresse et visible sur la boîte aux lettres ou le réceptacle du courrier (« Oui Pub »). Pourquoi changer les règles alors que les Français aiment bien recevoir dans leur grande majorité ces prospectus imprimés recyclés ? Même la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance) reconnaît leurs utilités… Au nom des grands principes écologiques,  notre industrie nucléaire est à genoux. Toute chose égale par ailleurs,  mais toujours au nom des grands principes écologiques, notre industrie papetière est une nouvelle fois attaquée injustement. Souhaitent-ils également la mettre à genoux ? Ces mêmes bien-pensants qui iront passer leurs vacances d’hiver à l’étranger, mais comme chacun sait l'avion, lui, ne pollue pas.  

Frédéric Leroi